Jean-Jacques Rousseau, de la ville haute à Saint-Gervais

Jean-Jacques Rousseau, de la ville haute à Saint-Gervais

Rousseau a seize ans lorsqu’il décide, sur un coup de tête, de quitter sa ville natale, avec l’intention de ne plus y revenir. Mais Genève ne cesse de le hanter tout au long de sa vie : dans les premières expériences de son enfance genevoise se trouve en germe toute son œuvre future. Avec cette visite, nous suivrons pas à pas le jeune Jean-Jacques dans cette Genève du début du XVIIIème siècle, qu’il évoque admirablement dans le premier livre des « Confessions ».

Visite offerte uniquement le 25 mai 2019. Rendez-vous à 14h devant la maison Tavel (6, rue du Puits-Saint-Pierre, 1204 Genève)

Guide: Daniel Vulliamy
Inscription obligatoire auprès du guide:  +41 22 328 08 77

 

Lieu de rendez-vous

L’architecture et l’urbanisme à Genève au temps de Rousseau

L’architecture et l’urbanisme à Genève au temps de Rousseau

Au cours du XVIIIe siècle, la cité de Genève connaît un véritable renouveau architectural. Amorcé dans les dernières décennies du siècle précédent, ce mouvement touche autant la haute que la basse ville, les édifices publics aussi bien que les maisons particulières. Si les chantiers de l’Hôpital général, du temple de la Fusterie, du portique de la cathédrale ou encore de l’église luthérienne attestent d’un souci de répondre aux besoins collectifs des citoyens, les belles demeures patriciennes témoignent du désir de distinction des grandes familles enrichies dans le commerce et la banque. A côté d’elles, les habitations plus modestes participent à leur manière à l’image d’une République prospère et ordonnée. Prenant pour cadre chronologique la vie de Jean-Jacques Rousseau, entre 1712 et 1778, cet itinéraire nous invite à la découverte des constructions les plus significatives de ce temps.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

4 + 9 =

Le pinceau et l’archet, les arts à Genève au XVIIIe siècle

Le pinceau et l’archet, les arts à Genève au XVIIIe siècle

Genève occupe une place importante en ce qui concerne les arts, particulièrement la peinture. La percée de Genève s’inscrit dans le sillage du renouveau artistique qu’elle connaît à partir du milieu du XVIIIème siècle avec, par exemple, la création de l’École de dessin, en 1751. Celle-ci devient peu à peu une « sorte de petite école genevoise des beaux-arts ». La fondation de la Société pour l’avancement des Arts, en 1776, constitue une autre étape importante dans cet « éveil de la sensibilité artistique ». La littérature, elle, est dominée par deux « monstres » cosmopolites dont l’œuvre demeure marquée par leur relation à Genève: Rousseau et Voltaire. La place de Genève ne se borne pas à la conception artistique en tant que telle, mais aussi à sa fonction de lieu de passage et d’échanges fructueux. De leur côté, de nombreux artistes genevois ont rayonné au-delà des enceintes de leur ville.

Guide: Anna Hamilton
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

15 + 3 =

Genève sur l’eau, de l’île Rousseau à la Jonction

Genève sur l’eau, de l’île Rousseau à la Jonction

En 2000, Genève a reçu le prix Wakker de la Ligue suisse du patrimoine national pour l’ensemble des travaux qui mettaient en valeur les espaces publics allant du pont du Mont-Blanc à la pointe de la Jonction. La promenade vous montre, parmi d’autres curiosités, des sites naturels inattendus au cœur de la ville, le passé industriel et agricole de la Jonction et les aménagements modernes de la rive droite du Rhône.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

10 + 4 =