L’Escalade : « quelle belle cacade ! »

L’Escalade : « quelle belle cacade ! »

Du 11 au 12 décembre 1602, par une nuit « aussi noire que d’encre », le Duc de Savoie décide de porter un coup fatal à la petite République protestante indépendante et prévoit d’y passer Noël…

L’Escalade, célébrée avec toujours autant de ferveur depuis plus de 400 ans par la population genevoise, fête la victoire de ses habitants en chemise de nuit sur ses ennemis savoyards et recèle de nombreuses anecdotes méconnues, même des Genevois…

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

5 + 12 =

Le pinceau et l’archet, les arts à Genève au XVIIIe siècle

Le pinceau et l’archet, les arts à Genève au XVIIIe siècle

Genève occupe une place importante en ce qui concerne les arts, particulièrement la peinture. La percée de Genève s’inscrit dans le sillage du renouveau artistique qu’elle connaît à partir du milieu du XVIIIème siècle avec, par exemple, la création de l’École de dessin, en 1751. Celle-ci devient peu à peu une « sorte de petite école genevoise des beaux-arts ». La fondation de la Société pour l’avancement des Arts, en 1776, constitue une autre étape importante dans cet « éveil de la sensibilité artistique ». La littérature, elle, est dominée par deux « monstres » cosmopolites dont l’œuvre demeure marquée par leur relation à Genève: Rousseau et Voltaire. La place de Genève ne se borne pas à la conception artistique en tant que telle, mais aussi à sa fonction de lieu de passage et d’échanges fructueux. De leur côté, de nombreux artistes genevois ont rayonné au-delà des enceintes de leur ville.

Guide: Anna Hamilton
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

5 + 5 =

Genève, ville fortifiée jusqu’en 1849

Genève, ville fortifiée jusqu’en 1849

Les premières fortifications de Genève datent du Bas Empire romain et du haut Moyen Age. Cette enceinte réduite définit probablement le tracé de l’enceinte médiévale jusqu’au XIIème siècle. Avec les extensions successives de la ville, les murailles s’agrandissent aussi. Les autorités ordonnent la construction de l’enceinte dite de Marcossay, élaborée de 1364 à 1376, en partie sur le tracé d’enceintes antérieures, et améliorée au cours du XVème siècle, avec ses nombreuses tours. Les fortifications bastionnées sont élevées à la fin du XVIème siècle suite à l’invention du boulet en fonte de fer. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, le souci des murailles et de leur agrandissement était permanent, mobilisant par corvées toute la population. Après la révolution radicale de 1846, les fortifications, devenues peu à peu le symbole de l’immobilisme des conservateurs, sont enfin démolies après avoir incarné pendant près de quatre siècles la résistance de la « Rome protestante » et empêché toute expansion de la ville.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

3 + 6 =

Ecrivains et musiciens de passage à Genève pendant la première moitié du XIXème siècle

Ecrivains et musiciens de passage à Genève pendant la première moitié du XIXème siècle

Durant ces années de calme politique et de prospérité, Genève redevient une étape appréciée de la haute société européenne pour laquelle on construit même le premier palace de Suisse au bord du Rhône. On vient en pèlerinage dans la ville natale de Jean-Jacques Rousseau et on découvre une cité en pleine mutation.  Quel est le regard de ces voyageurs sur la ville? De toute l’Europe, des écrivains et des musiciens célèbres s’arrêtent à Genève qu’on aime un peu, beaucoup ou pas du tout. Des citations  de leurs récits de voyage illustrent leurs impressions.   La promenade commence aux bords du Rhône et se termine à la place Neuve.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

3 + 1 =

Genève au temps de la Réforme

Genève au temps de la Réforme

La réforme protestante a transformé Genève de manière durable. La visite permettra de comprendre ce que signifie la Réforme et comment la ville a fait face aux bouleversements qu’elle a engendrés.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

2 + 12 =

Serpenter dans l’histoire genevoise au parc des Bastions

Serpenter dans l’histoire genevoise au parc des Bastions

Ce site d’abord voué à la défense militaire, puis jardin botanique et parc public au centre de la cité rend hommage aux Genevois qui, de la Réforme protestante à l’action humanitaire de la Croix-Rouge internationale, se sont illustrés pendant cinq siècles chez eux et à l’étranger. D’un côté, des théologiens et des figures politiques majeures du XVIème siècle soutiennent les murailles de la haute ville. Sous les arbres séculaires et autour des bustes en bronze de savants genevois, des badauds se reposent sur les pelouses. Le souffle de la révolution radicale y a imprimé sa marque. Dans l’ombre du bâtiment de l’Université, savants et artistes peuplent ce panthéon du XIXème siècle.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

11 + 12 =

Femmes d’exception dans l’histoire de Genève

Femmes d’exception dans l’histoire de Genève

De Jeanne de Jussie, secrétaire de la mère supérieure du couvent des Clarisses au Bourg-de-Four et auteur d’une chronique sur les événements de la Réforme, à Isabelle Eberhardt qui chevaucha le long du Rhône avant de s’aventurer au Sahara sur son étalon blanc, la promenade passe par les lieux où certaines femmes d’exception (écrivaines, médecins, philanthropes, féministes engagées, pédagogues ou aventurières) ont laissé leurs traces. Cette promenade est concentrée autour de deux pôles : la Vieille Ville et le parc des Bastions.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

6 + 15 =