L’Escalade de 1602

L’Escalade de 1602

Dans le jeu complexe des grandes puissances européennes, Genève est ballottée entre les ambitions de ses voisins, en particulier de la Savoie. La défaite pitoyable de l’armée de Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie, lors de l’expédition de l’Escalade marque la fin de ses velléités de conquête. La promenade s’efforce de situer l’événement dans le contexte politique européen de l’époque et vous présente, sur les lieux où les Savoyards tentèrent de pénétrer dans la Genève endormie, quelques figures qui sauvèrent l’indépendance de la République par leur courage et leur sang-froid.

Guides: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

8 + 10 =

L’Escalade : « quelle belle cacade ! »

L’Escalade : « quelle belle cacade ! »

Du 11 au 12 décembre 1602, par une nuit « aussi noire que d’encre », le Duc de Savoie décide de porter un coup fatal à la petite République protestante indépendante et prévoit d’y passer Noël…

L’Escalade, célébrée avec toujours autant de ferveur depuis plus de 400 ans par la population genevoise, fête la victoire de ses habitants en chemise de nuit sur ses ennemis savoyards et recèle de nombreuses anecdotes méconnues, même des Genevois…

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

15 + 15 =

La Grande Synagogue de Genève

La Grande Synagogue de Genève

Après 1850, les fortifications abattues laissent la place à un vaste chantier destiné à la création de nouveaux quartiers. Ils seront embellis par la construction de divers bâtiments religieux, expression de la tolérance ancrée dans la Constitution de 1847. La Grande Synagogue (aujourd’hui synagogue Beth Yaacov) en fait partie. Ce bâtiment, de style orientalisant, a été inauguré en 1859.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

3 + 2 =

Le Jardin Anglais et ses environs

Le Jardin Anglais et ses environs

La démolition des fortifications entraîne à partir de 1850, d’importantes modifications du paysage genevois. La création du Jardin Anglais est liée à la construction de l’Hôtel de la Métropole qui en fera son jardin privé. Plusieurs opérations de transformation sont menées au cours du XIXème siècle pour aménager ce jardin en lieu de détente pour les touristes: fontaine décorative, kiosque à musique, buvettes, monument national, colonne météorologique ou jardin alpin.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

15 + 12 =

Notre-Dame de Genève

Notre-Dame de Genève

Le catholicisme retourne à Genève à la faveur de la constitution genevoise. Typique du renouveau du style gothique, elle renferme d’innombrables témoignages de l’art religieux des deux siècles passés. De nombreux fidèles de toutes nations s’y retrouvent pour prier.

Guide: Anna Hamilton
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

13 + 13 =

Célébration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse

Célébration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse

Présentation

De la chute de Napoléon à la Révolution de 1846, Genève connaît l’époque de la Restauration, qui voit les anciennes familles patriciennes reprendre le pouvoir, mais rien ne sera plus comme avant… La ville change, on détruit les “dômes” qui l’obscurcissaient, on nettoie les rues, on construit de nouveaux ensembles urbains dans le style néoclassique, tels que la Corraterie ou le quai des Bergues, et Genève prend un petit air anglais. Les écrivains et les artistes romantiques de toute l’Europe viennent volontiers y séjourner, en parlent abondamment, y travaillent à leur œuvre. Sous la Restauration, on découvre les Alpes, on assiste aux derniers feux de l’aristocratie, à l’avènement de la démocratie, mais aussi à la naissance du fondamentalisme. C’est tout cela la Restauration à Genève, et pour tenter de faire revivre un peu cette époque passionnante, les Guides du patrimoine proposent, avec le soutien de GE200.CH, une série de quatre visites sur les thèmes suivants :

Édifices et personnages représentatifs de la Restauration genevoise
Entrée dans la Confédération helvétique en 1814, Genève se développe sous le régime de la Restauration. Le syndic Jean-Jacques Rigaud, aidé par l’ingénieur cantonal Guillaume-Henri Dufour et l’architecte Samuel Vaucher, aménage les berges du Rhône et du lac et perce de nouvelles rues. Le maintien des fortifications empêche la ville de s’agrandir, Genève se modernise alors à l’intérieur de ses remparts. La Corraterie est aménagée et des quais sont construits le long du Rhône et près du lac. Désormais tournée vers l’eau, la ville érige son premier palace, l’Hôtel des Bergues face au Mont-Blanc. Le nouveau pont des Bergues relie les deux rives en amont de l’Ile. Cette promenade nous amène dans les rues de la ville haute et de la ville basse, du palais Eynard jusqu’au quai des Bergues. Quelques personnages seront aussi des jalons pendant la visite : Charles Pictet de Rochemont, Anna et Jean-Gabriel Eynard-Lullin, François d’Ivernois, Jean-Jacques Rigaud, Guillaume-Henri Dufour, Samuel Vaucher, Jacques-Louis Brocher, Jean-Marie Gignoux, Simon Rath et ses sœurs, Augustin Pyrame de Candolle… Guide : Evelyn Riedener
Autour de Rodolphe Töpffer
Auteur de deux romans dont les héros sont des pasteurs calvinistes et de quelques nouvelles, qu’on ne lit plus guère, Rodolphe Töpffer semble mener une vie assez terne dans l’atmosphère étouffante de la société genevoise de la Restauration. Il s’en échappe par la fantaisie débridée de ses “histoires en estampes”, jetant les bases d’un genre de narration qui deviendra primordial au XXème siècle: la bande dessinée. Le cinéma lui doit aussi beaucoup, notamment la grande tradition du burlesque. Avec cette visite, nous tenterons de mieux connaître ce personnage paradoxal, en retrouvant le cadre de vie qui fut le sien. Dans cette visite nous suivons Rodolphe Töpffer depuis sa naissance rue Saint-Léger, sur les lieux de son enfance, dans son pensionnat à la promenade de Saint-Antoine et dans son activité au sein de l’Académie de Genève. Guide : Daniel Vulliamy
Guillaume-Henri Dufour, au service de Genève dès 1817
Après une formation et une expérience militaire en France, Guillaume-Henri Dufour se met au service de Genève pendant la Restauration en qualité d’ingénieur cantonal. Il joue un rôle important dans la modernisation de la ville. Il y enseigne les mathématiques à l’Académie. Il préside aux travaux de la cartographie de la Suisse. Ses compétences militaires et diplomatiques sont aussi mises à l’épreuve lors de diverses crises genevoises ou nationales. Il accomplit une longue carrière politique à Genève et au plan national. Il se distingue en tant que membre du Comité international de la Croix-Rouge. La promenade passera par les lieux principaux où Guillaume-Henri Dufour a vécu et exercé ses talents (mathématicien, ingénieur, politicien, homme d’affaires) au service de Genève et de la Confédération. Du quartier des Tranchées où il fit construire sa maison, le parcours traverse la vieille ville, s’arrête au quai des Bergues pour se terminer à la gare Cornavin. Guide : Marlyse Beldi
Ecrivains et musiciens de passage à Genève pendant la première moitié du XIXème siècle
Durant ces années de calme politique et de prospérité, Genève redevient une étape appréciée de la haute société européenne pour laquelle on construit même le premier palace de Suisse au bord du Rhône. On vient en pèlerinage dans la ville natale de Jean-Jacques Rousseau et on découvre une cité en pleine mutation qui se tourne dorénavant vers le lac, sujet de rêveries romantiques. Quel est le regard de ces voyageurs sur la ville? Vous découvrirez leurs impressions extraites de leur correspondance et de leurs récits de voyage au cours de cette promenade. De toute l’Europe, des écrivains et des musiciens célèbres s’arrêtent à Genève qu’on aime un peu, beaucoup ou pas du tout. Leurs impressions très contrastées nous sont transmises par leurs écrits. Des extraits vous en sont proposés lors de la promenade qui monte des bords du Rhône à la vieille ville pour se terminer à la place Neuve. Guide : Marlyse Beldi

Commémoration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse: La Restauration genevoise (1813-1846)

Commémoration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse: La Restauration genevoise (1813-1846)

De la chute de Napoléon à la Révolution de 1846, Genève connaît l’époque de la Restauration, qui voit les anciennes familles patriciennes reprendre le pouvoir, mais rien ne sera plus comme avant…La ville change, on détruit les “dômes” qui l’obscurcissaient, on nettoie les rues, on construit de nouveaux ensembles urbains dans le style néoclassique, tels que la Corraterie ou le quai des Bergues, et Genève prend un petit air anglais. Les écrivains et les artistes romantiques de toute l’Europe viennent volontiers y séjourner, en parlent abondamment, y travaillent à leur œuvre. Sous la Restauration, on découvre les Alpes, on assiste aux derniers feux de l’aristocratie, à l’avènement de la démocratie, mais aussi à la naissance du fondamentalisme.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

8 + 2 =

De la Genève catholique à la cité réformée

De la Genève catholique à la cité réformée

Les raisons de la conversion sont complexes. Commençons par les motifs religieux. Depuis le XVème siècle, la bourgeoisie des villes acceptait de plus en plus mal l’Église romaine qui tardait à corriger des abus dénoncés depuis longtemps. Des raisons politiques renforcèrent les motifs religieux. Quand des marchands allemands firent connaître les idées de la Réforme luthérienne, les Genevois prêtèrent une oreille attentive à ces discours pour leur contenu religieux et pour leur message libérateur sur le plan politique. A l’arrivée en 1536 d’ille gallus (Jean Calvin), Farel, Froment et Viret avaient déjà métamorphosé la ville. Au cours de cette visite, il sera question de méditation, de pouvoir, de société et d’éducation jusqu’en 1559, année de la création de l’Académie. Voir aussi www.musee-reforme.ch

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

12 + 12 =

Genève au temps de la Réforme

Genève au temps de la Réforme

La réforme protestante a transformé Genève de manière durable. La visite permettra de comprendre ce que signifie la Réforme et comment la ville a fait face aux bouleversements qu’elle a engendrés.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

6 + 9 =

Serpenter dans l’histoire genevoise au parc des Bastions

Serpenter dans l’histoire genevoise au parc des Bastions

Ce site d’abord voué à la défense militaire, puis jardin botanique et parc public au centre de la cité rend hommage aux Genevois qui, de la Réforme protestante à l’action humanitaire de la Croix-Rouge internationale, se sont illustrés pendant cinq siècles chez eux et à l’étranger. D’un côté, des théologiens et des figures politiques majeures du XVIème siècle soutiennent les murailles de la haute ville. Sous les arbres séculaires et autour des bustes en bronze de savants genevois, des badauds se reposent sur les pelouses. Le souffle de la révolution radicale y a imprimé sa marque. Dans l’ombre du bâtiment de l’Université, savants et artistes peuplent ce panthéon du XIXème siècle.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

3 + 12 =

Genève cité d’accueil pour les protestants exilés

Genève cité d’accueil pour les protestants exilés

Huguenots, Marian exiles, Lutheraner, Valdesi… Genève a vu déferler des vagues de réfugiés pour cause de religion à partir des années 1530. Ce flux migratoire d’intensité variable, quoique ininterrompu, connut deux temps forts: le premier Refuge – consécutif à la Réforme et à la Saint-Barthélemy en 1572 – et le second ou “grand Refuge”, provoqué par la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Beaucoup de réfugiés passent par la cité de Calvin, quelques milliers s’y installeront.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

11 + 4 =