La Genève de Victor Frankenstein

On voyage beaucoup dans le roman de Mary Shelley « Frankenstein or the Modern Prometheus », publié en 1818 : le roman commence à Saint-Pétersbourg pour se terminer dans les glaces de l’Arctique avec la mort du héros genevois et de sa créature ; entre temps l’auteur nous aura emmenés dans tous les lieux de l’imaginaire romantique anglais -la Suisse centrale, les lacs italiens, Constantinople, les châteaux du Rhin, Londres, les îles sauvages de l”Ecosse, l’Irlande -, mais les deux pôles du roman sont la région d’Ingolstadt, où la malheureuse créature prend vie et s’éduque, et la région de Genève, où elle se révolte contre son créateur et exerce sa vengeance sur lui et ses proches. Dans cette visite, nous évoquerons les circonstances de la naissance du roman et ses principaux épisodes genevois. La visite est en français, mais les textes seront lus dans leur version originale anglaise.

Visite offerte uniquement le 14 septembre 2019.
Visite en français avec lecture de textes en anglais.
Rendez-vous à 14h à l’entrée du parc Moynier (120-122, rue de Lausanne, 1202 Genève)

Guide: Daniel Vulliamy
Inscription obligatoire auprès du guide:  +41 22 328 08 77

 

Lieu de rendez-vous

L’architecture et l’urbanisme à Genève au temps de Rousseau

Au cours du XVIIIe siècle, la cité de Genève connaît un véritable renouveau architectural. Amorcé dans les dernières décennies du siècle précédent, ce mouvement touche autant la haute que la basse ville, les édifices publics aussi bien que les maisons particulières. Si les chantiers de l’Hôpital général, du temple de la Fusterie, du portique de la cathédrale ou encore de l’église luthérienne attestent d’un souci de répondre aux besoins collectifs des citoyens, les belles demeures patriciennes témoignent du désir de distinction des grandes familles enrichies dans le commerce et la banque. A côté d’elles, les habitations plus modestes participent à leur manière à l’image d’une République prospère et ordonnée. Prenant pour cadre chronologique la vie de Jean-Jacques Rousseau, entre 1712 et 1778, cet itinéraire nous invite à la découverte des constructions les plus significatives de ce temps.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

2 + 12 =

Vrai ou faux?

Voici une promenade pendant laquelle vous participez activement. Nous partons à la découverte de Genève sous forme d’une visite- jeu. Ce sera à vous de jouer et à démêler le vrai du faux dans ces histoires inattendues et espiègles.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

6 + 10 =

Aix les Bains, « Ville d’eaux des reines et reine des villes d’eaux »

« La petite ville d’Aix, en Savoie, toute fumante, toute bruissante et toute odorante des ruisseaux de ses eaux chaudes et sulfureuses, est assise par étages sur un large et rapide coteau de vignes, de prés, de vergers… On aperçoit de loin, à travers les échappées de vue, sous ces noyers et sous ces vignes, le lac bleu qui étincelle ou qui pâlit selon les rayons ou les nuages et les heures des jours ».

Ainsi parlait d’Aix le poète Lamartine en octobre 1816, quand il y vînt, sur les conseils de son médecin, soigner une mélancolie toute romantique. Devenue au 19ème s. « la station des reines et la reine des stations », grâce aux femmes de la famille Bonaparte ou à la reine Victoria, Aix les Bains est réputée depuis l’Antiquité pour les bienfaits de ses sources chaudes. De nos jours, la cité établie sur la rive orientale du lac du Bourget conserve de ce prestigieux passé un solide savoir-faire en matière de thermalisme, un important patrimoine architectural, beaucoup de nostalgie… et un cadre de vie envié.

 

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

1 + 12 =

Guillaume-Henri Dufour au service de Genève dès 1817

Après une formation et une expérience militaire en France, Guillaume-Henri Dufour se met au service de Genève pendant la Restauration en qualité d’ingénieur cantonal. Il joue un rôle important dans la modernisation de la ville. Il y enseigne les mathématiques à l’Académie. Il préside aux travaux de la cartographie de la Suisse. Ses compétences militaires et diplomatiques sont aussi mises à l’épreuve lors de diverses crises genevoises ou nationales.  Il se distingue en tant que membre du Comité international de la Croix-Rouge. La promenade passera par les lieux principaux où Guillaume-Henri Dufour a  exercé ses talents du quartier des Tranchées où il fit construire sa maison jusqu’ à la gare Cornavin.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

13 + 10 =

Carouge, au fil de l’Arve

Liée intimement à l’histoire de la cité sarde, l’Arve sera le fil conducteur de cette visite à l’humeur baladeuse…

Nous flânerons le long des berges de cette rivière alpine, frontière naturelle entre Carouge et Genève, aux flots impétueux et parfois torrentiels que les riverains tenteront de dompter dès le 18ème siècle afin de profiter de sa force hydraulique. En chemin, nous découvrirons ses multiples vertus : de ses alluvions qui ont mis des paillettes dans les yeux des chercheurs d’or à ses eaux limoneuses et glaciales réputées thérapeutiques qui ont attiré des curistes huppés et célèbres. Et enfin, place au futur avec le nouveau tracé du chemin de fer en construction (CEVA) et son tout nouveau pont !

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

15 + 8 =

La Genève internationale

Cette balade vous emmène dans le quartier des organisations internationales et vous dévoilera les raisons du choix de Genève en tant que siège européen de la Société des Nations en 1919 par le Président américain Wilson.

« Petite ville qui porte le monde ». Par cette citation, l’écrivain genevois Georges Haldas résume la portée mondiale de Genève qui verra l’installation d’un grand nombre d’organisations internationales au lendemain de la première guerre mondiale. Ses idéaux de paix se retrouvent dans cet « Esprit de Genève » insufflé par trois hommes illustres qui rassemblent des valeurs autant universelles que genevoises : l’accueil avec Calvin, la justice avec Rousseau et l’humanisme avec Dunant.

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

5 + 12 =

Le Jardin Anglais et ses environs

La démolition des fortifications entraîne à partir de 1850, d’importantes modifications du paysage genevois. La création du Jardin Anglais est liée à la construction de l’Hôtel de la Métropole qui en fera son jardin privé. Plusieurs opérations de transformation sont menées au cours du XIXème siècle pour aménager ce jardin en lieu de détente pour les touristes: fontaine décorative, kiosque à musique, buvettes, monument national, colonne météorologique ou jardin alpin.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

11 + 11 =

Annecy, sur les pas de Saint François de Sales

Saint François de Sales est né à Thorens, à quelques kilomètres d’Annecy. Evêque de Genève en résidence à Annecy, il fut une grande figure de la Contre Réforme au XVIIe siècle. Il fonda en 1610 avec Sainte Jeanne de Chantal une nouvelle congrégation féminine, l’ordre de la Visitation. La Basilique de la Visitation, sur les contreforts du Semnoz, est encore aujourd’hui un lieu de pèlerinage où l’on vient du monde entier pour se recueillir sur les reliques des deux Saints. La promenade à travers la vieille ville nous mènera sur les hauts lieux salésiens de la « Rome des Alpes ».

 

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

3 + 1 =

Carouge-Praille-Acacias : « retour vers le futur ! »

Au cours de cette visite inédite, nous aborderons un aspect plus récent de Carouge puisque son développement urbain côté sud n’intervient qu’en 1906 avec l’exposition industrielle.

Saviez-vous qu’un des fleurons de l’architecture « Heimatstil » se trouve à Carouge ?
Qu’un cinéma oublié s’y niche et qu’une ancienne fumisterie s’y cache ?
Partons ensemble à la découverte des chemins de traverse de ce coin de Carouge dynamique et laborieux aux confins du grand quartier des Acacias.

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

4 + 2 =

Albertville, ville olympique

Haut-lieu de sports d’hiver, la ville nommée ainsi en l’honneur du roi Charles-Albert de Savoie a hébergé les Jeux Olympiques d’hiver de 1992 et il est encore possible de découvrir quelques unes des installations construites pour l’occasion.

Mais Albertville, c’est aussi la cité médiévale de Conflans, juchée au sommet d’un escarpement rocheux qui domine la confluence de l’Arly et de l’Isère. La promenade mène de l’église baroque au panorama de la Grande Roche, en passant par les vieilles rues aux façades traditionnelles, fontaines et échoppes d’artisans.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

7 + 15 =

La Vieille-Ville

Cette balade classique vous donnera l’occasion de parcourir 2000 ans d’histoire au cœur de la cité et vous imprégnera de l’atmosphère unique de Genève !

Depuis la place Neuve, grimpons dans la ville haute afin de découvrir quelques monuments datant du Moyen-Age comme la cathédrale Saint-Pierre ou l’Hôtel de Ville en sillonnant ses ruelles pittoresques et animées.

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

2 + 14 =

Henry Dunant et la Croix-Rouge

Cette promenade dans la Vieille Ville vous montre les lieux liés au mouvement de la Croix-Rouge, fondée en 1863 à Genève. En cheminant, nous passons entre autres par la maison natale d’Henry Dunant, par l’ancien Casino de Genève, par le palais de l’Athénée et par la maison qui avait appartenu à Henry Dunant à la rue du Puits-Saint-Pierre où il écrivit « Un souvenir de Solferino ». En 1864, douze Etats adopteront à l’Hôtel de Ville la Première Convention de Genève pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne. La promenade peut se terminer en passant par la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR et le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Voir aussi www.micr.ch .

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

5 + 11 =

Murs et ouvertures

Rasons les murs ! Fussent-ils d’enceinte, de soutènement ou d’appui; séparant les espaces pour garantir ainsi l’intimité. Parfois leurs ouvertures nous permettent d’apercevoir l’intérieur, parfois ces baies restent closes. Gardent-elles leurs secrets? Pas sûr…

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

13 + 11 =

Si Annecy m’était contée…

Surnommée Venise ou Rome des Alpes, Annecy jouit d’une situation géographique exceptionnelle, au bord du lac le plus pur d’Europe. La vieille ville a conservé son caractère médiéval et une promenade à travers celle-ci nous fait remonter dans le temps, à la découverte de sa riche histoire, étroitement liée à celle de Genève.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

6 + 12 =

Le village médiéval d’Yvoire

Située sur la rive française du Lac Léman, entouré du Jura et des Alpes, Yvoire est une cité touristique incontournable en Haute-Savoie et le village médiéval est aujourd’hui un site classé. Reconstruit au début du 14ème s. à l’emplacement d’une ancienne place forte, Yvoire a conservé de cette époque une partie de ses remparts, dont deux portes percées dans des tours, son château, au puissant donjon carré cantonné de tourelles, et quelques maisons anciennes. Simple village de pêcheurs au début des années 1900, Yvoire est aujourd’hui membre de l’Association des Plus Beaux Villages de France et Lauréat National du Fleurissement. La promenade mène à la découverte des rues bordées d’échoppes d’artisans pour déboucher sur de ravissantes places fleuries qui offrent parfois de belles perspectives sur le lac.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

5 + 12 =

Carouge, la sarde

Flâner au fil du temps, des rues et des places de cette cité au cachet si particulier afin de découvrir son histoire royale….

De sa création par le Roi de Sardaigne au 18ème siècle pour concurrencer Genève aux Tours de Carouge dans les années 60, Carouge se distingue par son destin urbanistique exceptionnel. Ou quand le passé et le présent se conjuguent harmonieusement…

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

15 + 2 =

La Genève culturelle classique et alternative

Au cours de cette balade instructive et amusante, vous découvrirez des anecdotes insolites qui fourmillent dans une Genève surprenante et insolite, sans oublier les édifices emblématiques qui composent les hauts lieux de la culture genevoise.

Saviez-vous que…

  • Les statues qui ornent Plainpalais cachent d’authentiques personnalités ?
  • La créature du docteur Frankenstein a erré dans les rues de Genève avant d’escalader le Salève ?
  • L’ancienne usine de dégrossissage d’or est devenue le temple de la culture alternative ?

Un parcours hors des sentiers battus avec une petite halte au cimetière de Plainpalais, le « Panthéon genevois ».

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

5 + 7 =

Manifestation du luxe à Genève

La conversion de nombreux marchands en banquiers coïncide avec la manifestation du luxe dans la rue genevoise. Les façades s’animent au XVIIIème siècle sous l’influence de l’architecture parisienne. Des collections d’art naissent qui aboutiront en partie dans les musées de la ville. Cette promenade vous présente une série de bâtiments qui transgressent allègrement les lois somptuaires et quelques objets de luxe aujourd’hui soigneusement conservés.

Guide: Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide

Inscription à la visite

12 + 2 =

Renouveau du quartier entre gare et pont du Mont-Blanc au XIXe siècle

On tend à oublier aujourd’hui le rôle fondamental de la révolution de James Fazy pour le développement de la ville hors de ses murailles. Parmi les grandes étapes de cette extension, le nouvel aménagement de la zone comprise entre le lac et la gare du chemin de fer de la compagnie PLM (Paris-Lyon-Marseille) se distingue par la construction du square du Mont-Blanc. Des hôtels prestigieux, réalisations d’architectes novateurs, sont construits pour une clientèle fortunée de plus en plus attirée par un séjour à Genève. Une poste monumentale viendra consacrer dans l’architecture l’idée d’ouverture au monde de cette ville de tradition cosmopolite. L’église anglaise donne une note de distinction au quartier.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

4 + 7 =

Célébration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse

Présentation

De la chute de Napoléon à la Révolution de 1846, Genève connaît l’époque de la Restauration, qui voit les anciennes familles patriciennes reprendre le pouvoir, mais rien ne sera plus comme avant… La ville change, on détruit les “dômes” qui l’obscurcissaient, on nettoie les rues, on construit de nouveaux ensembles urbains dans le style néoclassique, tels que la Corraterie ou le quai des Bergues, et Genève prend un petit air anglais. Les écrivains et les artistes romantiques de toute l’Europe viennent volontiers y séjourner, en parlent abondamment, y travaillent à leur œuvre. Sous la Restauration, on découvre les Alpes, on assiste aux derniers feux de l’aristocratie, à l’avènement de la démocratie, mais aussi à la naissance du fondamentalisme. C’est tout cela la Restauration à Genève, et pour tenter de faire revivre un peu cette époque passionnante, les Guides du patrimoine proposent, avec le soutien de GE200.CH, une série de quatre visites sur les thèmes suivants :

Édifices et personnages représentatifs de la Restauration genevoise
Entrée dans la Confédération helvétique en 1814, Genève se développe sous le régime de la Restauration. Le syndic Jean-Jacques Rigaud, aidé par l’ingénieur cantonal Guillaume-Henri Dufour et l’architecte Samuel Vaucher, aménage les berges du Rhône et du lac et perce de nouvelles rues. Le maintien des fortifications empêche la ville de s’agrandir, Genève se modernise alors à l’intérieur de ses remparts. La Corraterie est aménagée et des quais sont construits le long du Rhône et près du lac. Désormais tournée vers l’eau, la ville érige son premier palace, l’Hôtel des Bergues face au Mont-Blanc. Le nouveau pont des Bergues relie les deux rives en amont de l’Ile. Cette promenade nous amène dans les rues de la ville haute et de la ville basse, du palais Eynard jusqu’au quai des Bergues. Quelques personnages seront aussi des jalons pendant la visite : Charles Pictet de Rochemont, Anna et Jean-Gabriel Eynard-Lullin, François d’Ivernois, Jean-Jacques Rigaud, Guillaume-Henri Dufour, Samuel Vaucher, Jacques-Louis Brocher, Jean-Marie Gignoux, Simon Rath et ses sœurs, Augustin Pyrame de Candolle… Guide : Evelyn Riedener
Autour de Rodolphe Töpffer
Auteur de deux romans dont les héros sont des pasteurs calvinistes et de quelques nouvelles, qu’on ne lit plus guère, Rodolphe Töpffer semble mener une vie assez terne dans l’atmosphère étouffante de la société genevoise de la Restauration. Il s’en échappe par la fantaisie débridée de ses “histoires en estampes”, jetant les bases d’un genre de narration qui deviendra primordial au XXème siècle: la bande dessinée. Le cinéma lui doit aussi beaucoup, notamment la grande tradition du burlesque. Avec cette visite, nous tenterons de mieux connaître ce personnage paradoxal, en retrouvant le cadre de vie qui fut le sien. Dans cette visite nous suivons Rodolphe Töpffer depuis sa naissance rue Saint-Léger, sur les lieux de son enfance, dans son pensionnat à la promenade de Saint-Antoine et dans son activité au sein de l’Académie de Genève. Guide : Daniel Vulliamy
Guillaume-Henri Dufour, au service de Genève dès 1817
Après une formation et une expérience militaire en France, Guillaume-Henri Dufour se met au service de Genève pendant la Restauration en qualité d’ingénieur cantonal. Il joue un rôle important dans la modernisation de la ville. Il y enseigne les mathématiques à l’Académie. Il préside aux travaux de la cartographie de la Suisse. Ses compétences militaires et diplomatiques sont aussi mises à l’épreuve lors de diverses crises genevoises ou nationales. Il accomplit une longue carrière politique à Genève et au plan national. Il se distingue en tant que membre du Comité international de la Croix-Rouge. La promenade passera par les lieux principaux où Guillaume-Henri Dufour a vécu et exercé ses talents (mathématicien, ingénieur, politicien, homme d’affaires) au service de Genève et de la Confédération. Du quartier des Tranchées où il fit construire sa maison, le parcours traverse la vieille ville, s’arrête au quai des Bergues pour se terminer à la gare Cornavin. Guide : Marlyse Beldi
Ecrivains et musiciens de passage à Genève pendant la première moitié du XIXème siècle
Durant ces années de calme politique et de prospérité, Genève redevient une étape appréciée de la haute société européenne pour laquelle on construit même le premier palace de Suisse au bord du Rhône. On vient en pèlerinage dans la ville natale de Jean-Jacques Rousseau et on découvre une cité en pleine mutation qui se tourne dorénavant vers le lac, sujet de rêveries romantiques. Quel est le regard de ces voyageurs sur la ville? Vous découvrirez leurs impressions extraites de leur correspondance et de leurs récits de voyage au cours de cette promenade. De toute l’Europe, des écrivains et des musiciens célèbres s’arrêtent à Genève qu’on aime un peu, beaucoup ou pas du tout. Leurs impressions très contrastées nous sont transmises par leurs écrits. Des extraits vous en sont proposés lors de la promenade qui monte des bords du Rhône à la vieille ville pour se terminer à la place Neuve. Guide : Marlyse Beldi

Autour de l’arrivée du chemin de fer à Genève

De la gare Cornavin au CEVA : à la découverte de plus de 160 ans d’histoire du rail !
Cette visite de trois heures environ commence au cœur de la gare en présentant les enjeux politiques de l’arrivée du chemin de fer à Genève, les raisons qui ont motivé le choix de son emplacement et l’histoire plus que centenaire du CEVA, futur Léman Express à l’horizon 2019 !

Mars 1858 : on entend enfin siffler le train à Cornavin !
Mais la toute première ligne ferroviaire inaugurée est française…
Un coup d’œil sur les voies du triage puis « en voiture » : le train vous emmène alors sur la ligne du « Far West » suisse, où, à l’arrivée, une petite dégustation du terroir vous attendra…

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

3 + 11 =

Genève, ville fortifiée jusqu’en 1849

Les premières fortifications de Genève datent du Bas Empire romain et du haut Moyen Age. Cette enceinte réduite définit probablement le tracé de l’enceinte médiévale jusqu’au XIIème siècle. Avec les extensions successives de la ville, les murailles s’agrandissent aussi. Les autorités ordonnent la construction de l’enceinte dite de Marcossay, élaborée de 1364 à 1376, en partie sur le tracé d’enceintes antérieures, et améliorée au cours du XVème siècle, avec ses nombreuses tours. Les fortifications bastionnées sont élevées à la fin du XVIème siècle suite à l’invention du boulet en fonte de fer. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, le souci des murailles et de leur agrandissement était permanent, mobilisant par corvées toute la population. Après la révolution radicale de 1846, les fortifications, devenues peu à peu le symbole de l’immobilisme des conservateurs, sont enfin démolies après avoir incarné pendant près de quatre siècles la résistance de la « Rome protestante » et empêché toute expansion de la ville.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

8 + 12 =

Chamonix à l’ombre du Mont Blanc ?

Lieu de rendez-vous des amoureux de la montagne du monde entier, la ville n’a pas que le Mont-Blanc à offrir. Après le passage de ses premiers visiteurs au 18ème siècle, des auberges ouvrent et la ville commence à se parer d’un patrimoine entre tradition et modernité : églises et chapelles, palaces Belle Époque, façades Art-déco, chalets… Elle est aussi le lieu de prouesses techniques tels que la construction du chemin de fer du Montenvers ou le téléphérique de l’Aiguille du Midi.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

3 + 4 =

Du Léman au Rhône: échantillons de la vie lacustre et fluviale

Le Léman et le Rhône ont joué un rôle central dans toutes les sociétés qui se sont succédées sur les rives genevoises. Cette visite nous mènera du Jet d’eau au Barrage du Seujet, à la découverte de la fascinante histoire navale du lac, des ports transformés en places, et du fleuve, source d’énergie à travers les âges.

Guide: Anna Hamilton
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

10 + 12 =

Genève sur l’eau, de l’île Rousseau à la Jonction

En 2000, Genève a reçu le prix Wakker de la Ligue suisse du patrimoine national pour l’ensemble des travaux qui mettaient en valeur les espaces publics allant du pont du Mont-Blanc à la pointe de la Jonction. La promenade vous montre, parmi d’autres curiosités, des sites naturels inattendus au cœur de la ville, le passé industriel et agricole de la Jonction et les aménagements modernes de la rive droite du Rhône.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès des guides

Inscription à la visite

3 + 5 =

Édifices et personnages représentatifs de la Restauration genevoise

Depuis le Moyen Age, Genève, place de commerce international, héberge ses hôtes dans des hôtels de toutes catégories. Dès l’époque romantique, la contemplation du Mont-Blanc figure au programme des visiteurs qui dorénavant peuvent se promener au bord de l’eau. Avec le développement du tourisme et des congrès internationaux dès la deuxième moitié du XIXème siècle, une ceinture de palaces construits entre 1830 et 1950 vient compléter l’aménagement des quais et jardins autour de la rade.

Aujourd’hui restaurés et parfois transformés partiellement pour satisfaire aux exigences de confort actuelles, ils ont néanmoins conservé l’essentiel de leurs caractéristiques d’alors. Des hôtes de marque tels que Garibaldi, le duc de Brunswick et Sarah Bernhardt ont contribué à leur réputation. Cette belle promenade au bord de l’eau ravive le souvenir d’une Genève dynamique qui s’orienta très tôt vers une destinée irrémédiablement internationale. La tournée des palaces peut, pour les personnes qui le souhaitent, se terminer avec un repas ou un thé dans un des grands hôtels pour un prix qui reste à déterminer.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

2 + 10 =

Evian-les-Bains, ville d’eau Belle Epoque

Au nord de la Haute-Savoie, adossée aux contreforts des Alpes et baignée par les eaux du Léman, il existe une élégante cité baptisée poétiquement « la perle du Léman ». Berceau de l’eau minérale naturelle connue dans le monde entier, Evian a su préserver et mettre en valeur une partie de son patrimoine architectural, témoin de son histoire. La promenade vous fera découvrir le front de lac et ses bâtiments emblématiques de la Belle Époque, mais aussi d’autres lieux plus secrets.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

13 + 2 =

Genève au fil de l’eau

De la Rade au Rhône, cette promenade vous fera découvrir l’importance de l’eau à Genève et comment la ville s’est développée autour. Une visite variée de palaces en bâtiments industriels.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

7 + 4 =

Regards sur l’histoire économique de Genève

Genève dut toujours regarder au-delà des limites de son territoire très exigu pour trouver les ressources nécessaires à sa survie et à son développement. Très tôt, elle organise des foires internationales où s’échangent des biens du nord et du sud de l’Europe. Puis, avec la Réforme elle devient un centre européen de l’imprimerie. L’horlogerie et l’orfèvrerie s’y taillent un rôle important alors que le commerce de la soie et de la dorure s’étiole pour céder le terrain à la banque pourvoyeuse de fonds des monarchies engagées dans des guerres onéreuses. La promenade longe les sites de l’artisanat du Moyen Age au bord de l’eau et vous conduit dans la Vieille Ville où l’habitat et l’activité économique sont étroitement imbriqués.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

14 + 14 =

Ecrivains et musiciens de passage à Genève pendant la première moitié du XIXème siècle

Durant ces années de calme politique et de prospérité, Genève redevient une étape appréciée de la haute société européenne pour laquelle on construit même le premier palace de Suisse au bord du Rhône. On vient en pèlerinage dans la ville natale de Jean-Jacques Rousseau et on découvre une cité en pleine mutation.  Quel est le regard de ces voyageurs sur la ville? De toute l’Europe, des écrivains et des musiciens célèbres s’arrêtent à Genève qu’on aime un peu, beaucoup ou pas du tout. Des citations  de leurs récits de voyage illustrent leurs impressions.   La promenade commence aux bords du Rhône et se termine à la place Neuve.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

13 + 7 =

De l’aqueduc romain aux fontaines décoratives

Les Romains avaient construit un aqueduc long de onze kilomètres pour alimenter la ville en eau. Cette installation, mal entretenue, dut céder la place à la captation de sources proches de la ville dès le Moyen Age. Simultanément, des vendeurs d’eau distribuaient le précieux liquide puisé dans le Rhône dans les quartiers qui ne seront munis de fontaines qu’à partir du XVIIIème siècle. Ces dernières perdirent leur fonction utilitaire au XIXème siècle pour servir d’élément du décor urbain aujourd’hui. La promenade s’étend des bords du Rhône à la Vieille Ville.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

13 + 11 =

Genève : rive droite, rive gauche

Genève aborde dès la première partie du 19ème siècle un tournant urbanistique et touristique décisif. Surnommée à juste titre « la cité des parcs », promenons-nous le long du lac afin de découvrir quelques-uns de ces espaces de verdure aux mille couleurs, animés ou paisibles, ludiques ou romantiques, mais toujours appréciés des Genevois.

1830, Genève s’embellit… des palaces émergent le long des quais, un premier bateau à vapeur sillonne le lac Léman. Jardins privés devenus parcs, places et autres squares racontent l’histoire de la ville. Cette balade au fil de l’eau vous ravira les yeux et l’esprit !

Guide: Nathaly de Morawitz-Schorpp
Inscription obligatoire auprès de la guide

Réservation

9 + 3 =

Genève insolite, détails visibles mais méconnus

Un masque curieux, une allée traversière cachée, une enseigne surprenante, des plaques commémoratives, des cours secrètes, des statues étonnantes, un pavement étrange, une imposte singulière… Voici un petit choix de détails qui échappent aux passants plongés dans leurs soucis quotidiens. Et pourtant, ils ont des choses à nous raconter.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

1 + 7 =

De l’Académie à l’Université : les bâtiments de l’Université de Genève au cours des siècles

Prenant comme fil conducteur les différents bâtiments universitaires, nous ferons une incursion dans l’histoire de la ville à travers l’architecture et la transmission de la culture. Fondée en 1559 par Jean Calvin, le Collège et l’Académie de Genève ne cessera de développer ses facultés au gré des siècles.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

2 + 7 =

Chambéry, capitale des Ducs de Savoie

Au sud du lac du Bourget, plus grand lac naturel de France, la ville s’est développée entre les massifs des Bauges et de la Grande-Chartreuse aux portes des 3 principaux parcs alpins : Vanoise, Chartreuse et Bauges.

Tout autour du château, un labyrinthe de ruelles et de passages, récemment rénovés, remontent le cours du temps, du Moyen Âge à la Renaissance. La ville sarde du 19ème siècle impose en périphérie sa rigueur et sa solennité. Dans un surprenant continuum, les audaces architecturales du 20ème siècle s’intègrent sans heurts à une ville vieille d’un millénaire.

Guide: Emilie Bissardon
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

13 + 9 =

Serpenter dans l’histoire genevoise au parc des Bastions

Ce site d’abord voué à la défense militaire, puis jardin botanique et parc public au centre de la cité rend hommage aux Genevois qui, de la Réforme protestante à l’action humanitaire de la Croix-Rouge internationale, se sont illustrés pendant cinq siècles chez eux et à l’étranger. D’un côté, des théologiens et des figures politiques majeures du XVIème siècle soutiennent les murailles de la haute ville. Sous les arbres séculaires et autour des bustes en bronze de savants genevois, des badauds se reposent sur les pelouses. Le souffle de la révolution radicale y a imprimé sa marque. Dans l’ombre du bâtiment de l’Université, savants et artistes peuplent ce panthéon du XIXème siècle.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

1 + 6 =

Genève cité d’accueil pour les protestants exilés

Huguenots, Marian exiles, Lutheraner, Valdesi… Genève a vu déferler des vagues de réfugiés pour cause de religion à partir des années 1530. Ce flux migratoire d’intensité variable, quoique ininterrompu, connut deux temps forts: le premier Refuge – consécutif à la Réforme et à la Saint-Barthélemy en 1572 – et le second ou “grand Refuge”, provoqué par la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Beaucoup de réfugiés passent par la cité de Calvin, quelques milliers s’y installeront.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

11 + 8 =

Nyon au fil du temps

Ville romaine principale aux bords du Léman, Nyon cède à Genève sa prééminence régionale à l’époque impériale. Elle se développe en petit bourg administratif sous la Maison de Savoie dès la fin du XIIIème siècle puis s’assoupit un peu sous l’occupation bernoise dès 1536. Grâce à l’influence de sa puissante voisine Genève, elle vit un renouveau architectural au XVIIIème siècle quand ses rues principales se mettent à la mode française. Comme dans un jeu de marelle, le promeneur saute d’une époque à l’autre au cours d’une balade dans cette bourgade juchée sur un promontoire au bord du lac Léman en face du Mont-Blanc.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès de la guide.

Inscription à la visite

10 + 11 =

Places genevoises, carrefours de l’histoire

Lieux de rencontre par excellence, les places de Genève ont chacune un cachet bien distinct et méritent qu’on s’y arrête pour évoquer non seulement l’histoire de leur aménagement entre le Moyen Age et le XXème siècle mais aussi leurs habitants et les événements qui s’y sont déroulés. Lors de cette promenade dans le temps et dans l’espace, vous croiserez des figures historiques telles que Jean Calvin, la Mère Robineau ou Jeanne de Jussie. Elle commence dans la Vieille Ville et se termine à la place Neuve.

Guide: Mme Marlyse Beldi
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

7 + 11 =

Parcours historique du développement industriel de Genève

Moulins, bateaux-lavoirs, tanneries, indienneries, cabinotiers, usines hydrauliques, teintureries, forges, brasseries etc… Les activités artisanales et industrielles genevoises sont d’abord concentrées le long des rives urbaines du Rhône. Elles se déplacent à partir du XVIIIe siècle en aval de la ville, puis à la fin du XIXe siècle, l’usine des Forces Motrices permet le développement industriel de Plainpalais et de la Jonction, quartiers que nous visiterons.

Guide: Evelyn Riedener
Inscription obligatoire auprès du guide

Inscription à la visite

3 + 8 =